Tous les articles par lilian haristoy

Couleur dans le marais

En ce début du mois d’avril les couleurs arrivent avec les beaux jours, la plante aquatique l’hottonie des marais (hottonia palustris) fait parti des précoces.

Floraison printanière (hottonia palustris)
Floraison printanière (hottonia palustris)

Cette plante aquatique protégée et rarement observée dans la partie sud de la France arbore une délicate tige florale au dessus de l’eau.  

hottonie des marais
hottonie des marais

Bientôt le jaune des fleurs de l’utriculaire, autre plante aquatique rare, viendront se mêler aux fleurs blanches rosées de l’hottonie. En effet la plante aquatique carnivore fleurie un peu plus tard et colore elle aussi les marais.

Hottonie des marais (hottonia palustris)
Hottonie des marais (hottonia palustris)

La destruction et l’eutrophisation des zones humides sont les raisons de la forte régression de l’hottonie des marais en France.  

Vivez l’instant,

 

 

 

La tortue Cistude

Le mois de mai apporte quelques journées très chaudes ou parfois très pluvieuses, cette alternance dans la météo est aussi le rythme de vie  de nos reptiles !

Il en est un qui attire mon attention c’est la tortue Cistude (Emys orbicularis), la seule tortue aquatique d’eau douce d’Europe.

Cistude d'Europe
Cistude d’Europe

Evidemment comme toute la faune et la flore vivant dans les zones humides en Europe ses populations diminuent inexorablement car ce milieu naturel est très convoité par l’urbanisme et l’agriculture.

Restons optimiste car cela pourrait ralentir voir s’inverser dans l’avenir, les zones humides commencent à être un centre d’intérêt pour nos chers dirigeants Européens aux vues des inondations successives et dévastatrices depuis plusieurs années. Ils semblerait qu’ils commencent à comprendre le rôle des zones humides, espérons que les actions menées seront tout aussi intelligentes mais cela tient aussi à nous et à notre implication à leur protection et gestion.

Je disais donc, la tortue Cistude, un témoin majeur de la bonne santé d’une zone humide. Le bassin de l’Adour est un milieu qui en abrite encore beaucoup et certaines populations sont en bonne santé et se reproduisent très bien. Pour autant l’espèce est très menacée et sa protection est indispensable car les actions néfastes aux zones humides sont toujours d’actualité.

Sa rivale exotique, la tortue aquatique américaine (trachemys scripta) n’a pas aidé la tortue cistude, en effet, la concurrence territoriale, alimentaire et la transmission possible de maladie est un problème de plus pour notre tortue européenne.

Cistude d'Europe
Cistude d’Europe

De mon observation je vois moins de tortues américaines (appelée tortue de floride) ses populations doivent être stables après une expansion rapide il y a quelques années, la tortue de floride affectionne les zones perturbées et est moins farouche que la cistude,  elle s’adapte assez bien aux activités humaines.

Une des choses à faire pour préserver une population de tortue cistude est avant tout de ne pas les déranger trop souvent. C’est un reptile farouche qui a besoin de calme et de tranquillité, si le dérangement par la présence humaine est trop fréquent elle abandonnera ces lieux et devra trouver une autre zone plus tranquille et de nos jours ce n’est pas chose facile !

Ayez l’oeil pour observer cette tortue européenne avant qu’elles vous voient et surtout ayez de l’intérêt pour les zones humides car même loin de chez vous elles jouent un rôle majeur dans votre vie.

SESSION DE PRINTEMPS

Cette fin mars l’océan nous a offert des vagues parfaites durant plusieurs jours, une très belle sortie d’hiver avec en prime du soleil !

V1
Anglet

Tous les passionnés de glisse ont appréciés ces journées mémorables en contact avec cette énergie palpable et frissonnante que sont les vagues. L’océan est un terrain de jeu infini que nous aimons à observer tant il est hypnotique et force le respect.

V3
Anglet

Profitez de ses bienfaits il a le secret de rendre heureux alors ne vous privez pas !

DEHORS…C’EST LE PRINTEMPS !

En ce samedi 22 mars le temps est froid et pluvieux mais nous sommes bien au printemps. Au pays Basque nous pouvons avoir les quatre saisons en une journée donc il faut rester optimiste !

héron
Héron cendré (Ardea cinerea)

Une saison privilégiée pour observer le réveil de la nature alors à vos chaussures, à vos jumelles, à vos appareils photos et en route pour la découverte de votre environnement.

IRIS
Iris des marais (Iris pseudacorus)
orchis-III
Orchis tacheté (Dactylorhiza maculata)

COULEURS HIVERNALES

Jonquilles, primevères ou anémones autant de fleurs qui illuminent les prairies et sous-bois en cette fin d’hiver et nous ravissent par cet espoir de jours meilleurs.

Nous oublions ou plutôt connaissons beaucoup moins la fritillaire pintade (Fritillaria meleagris), cette fleur est devenue très rare, elle brille par sa délicatesse et sa finesse dans nos sous-bois marécageux, prairies inondables et talus humides.

fritilaireFritillaire-II

Des stations conséquentes de plusieurs dizaines voir centaines de cette plante de la famille des lys sont présentes au Pays Basque; Plante protégée sur la liste régionale d’Aquitaine nous devons la préserver de la cueillette.

La disparition des herbages inondables des lits majeurs des cours d’eau, le labour de ses terres pour la maïsiculture ou la populiculture, la fauche précoce des espaces aménagés pour les promeneurs dans les zones humides ou encore les traitements phytosanitaires expliquent son statut. Autrefois répandu, les paysans connaissaient les propriétés répulsives de ses bulbes contenant des alcaloïdes toxiques contre les taupes.

L’observation de cette clochette fragile est toujours l’une des plus belles rencontres hivernales dont on ne se lasse jamais.

LES NIVES VIVANTES

L’hiver c’est aussi le moment pour certains de se reproduire, je veux parler des salmonidés, truites et saumons dans les Nives profitent de cette saison pour perpétrer le cycle de la vie.

L’oeil aguerri et observateur mais plutôt le connaisseur des différents cours d’eau du réseau hydrographique de la Nive aura de grandes chances d’observer ce spectacle. Les Nives sont d’une qualité exceptionnelle ce qui permet a un poisson mythique tel que le saumon de pouvoir remonter leur cours et donner de la vie à nos rivières.

Émerveillons-nous devant ce voyageur téméraire dont la sauvegarde de son milieu de vie est de notre responsabilité.

Vidéo « Les Nives vivantes » disponible sur le site horizons basques et sur youtube.

 

SPECTACLE HIVERNAL

Titanesque, majestueux, Gigantesque ou encore superbe sont autant de superlatifs que nous pouvons donner aux images de nos balades hivernales au Pays Basque en ce week-end de février.

falaise hegoalde
Vague projetée à 60m de hauteur

La tempête Ruth nous a offert un spectacle rare sur la côte Basque avec une houle très puissante. Beaucoup de tempêtes se sont succédées ces dernières semaines dans notre région;  Toutes ont laissées derrière elles un grand manteau blanc sur nos montagnes ou encore des souvenirs plus ou moins joyeux en développant leur puissance sur nos côtes et cours d’eau.

falaise-hegoalde-IV

Malgré les dégâts causés par cette dernière tempête du 08-09 février 2014 nous voulions mettre en avant la beauté des paysages et des situations que nous pouvons vivre. Une balade au Pays Basque, même hivernale, nous promet bien des surprises, une façon de sortir des sentiers battus et d’apprécier ce pays si vivant.

Crêtes

falaise-hegoalde-II

Ocean-tempete

LA GRANDE AIGRETTE

Les zones humides ou barthes comme nous les appelons chez nous font parler d’elles en cette période de pluie et d’inondation. Ces zones sont écologiquement très riche, parmi les écosystèmes les plus riches sur la planète, elles abritent une quantité formidable d’espèces végétales et animales pour le plus grand plaisir des yeux.

La grande aigrette (Ardea alba) fait parti des oiseaux qui sont facilement observable sur une zone humide. Sa grande taille, similaire à celle d’un héron cendré, et sa couleur blanche en font un oiseau facile a repérer.

grande aigrette
Grande aigrette (Ardea alba) – barthes de l’Adour
Cette espèce est protégée mais la dégradation de son milieu de vie  est une menace importante. Au début du 20ème siècle l’engouement pour ses longues plumes nuptiales qui ornaient les chapeaux des dames fût dramatique pour cet oiseau par les massacres qui avaient lieu.
Dans les barthes de l’Adour il n’est pas rare de voir réuni autour d’un plan d’eau ou d’une prairie humide la grande aigrette, la cigogne et le héron cendré, une réunion d’échassiers qu’il faut pouvoir préserver et développer.
grande aigrette